À l’occasion de la publication de son premier roman, rencontre avec Alain Sudre, écrivain « absurde »

Alain Sudre, auteur du roman Jardins secrets, a obtenu un article de presse dans le quotidien français Ouest-France, mercredi le 20 juillet dernier.

Né à Tours à la fin des années 50, Alain Sudre se prend de passion pour l’écriture dès l’âge de 11 ans. Les mots et les phrases des chansons de Brel, en particulier celles du Plat pays, ou encore des poèmes de Prévert, sont le détonateur de cette passion pour les mots.

C’est à Saint-Gilles, vers la Grande plage, où il réside depuis plusieurs années, qu’il trouve maintenant l’inspiration. « J’ai besoin d’être ici pour écrire, l’endroit me transporte, j’ai besoin de la vision de l’océan, cela m’inspire et me rassure ».

Parcours atypique

À dix-sept ans, il écrit un poème dénonçant la peine de mort, poème qui sera étudié dans les classes de Tours. À vingt ans, il remporte un concours de poésie organisé par France Inter.

Lors d’un voyage au Japon, ou il rencontre sa première épouse, il écrit un roman sur « les intouchables japonais », caste qu’il récuse totalement. Il passe également par le cinéma, écrivant plusieurs scénarios, car « il faut bien vivre », et s’occuper de ses deux filles. Mais la passion de l’écriture est trop vive pour être oubliée.

Retour à l’écriture

Depuis 2001, Alain se consacre uniquement à l’écriture. Huit romans et un recueil de nouvelles ont vu le jour. « Mes livres parlent de la tolérance, parlent des exclus, de ceux qui ne sont pas dans les normes. Je pars d’une phrase entendue ici ou là, de presque rien. Ensuite l’alchimie opère, les mots viennent et font des phrases ». C’est au début des années 2000 qu’il écrit Jardins secrets, premier roman enfin publié aujourd’hui, qui sont « les tribulations absurdes et surréalistes d’un homme délaissé, unibrassiste et chômeur, à la recherche désabusée de l’amour ». Est-ce l’histoire de l’auteur ? « Il existe un doute raisonnable ».

Jardins secrets d’Alain Sudre
Éditions Dédicaces, Canada.
http://www.alain-sudre.com

Une réflexion au sujet de « À l’occasion de la publication de son premier roman, rencontre avec Alain Sudre, écrivain « absurde » »

  1. Camus était un écrivain de l’absurde avec « L’étranger », Sartre dans « La nausée », Ionesco, dans ses pièces de théâtre. Mais l’absurde omniprésent ne suffit plus aujourd’hui. Du défi de « L’homme révolté » que reste-t-il aujourd’hui ? Certes, la vie peut d’abord se vivre, pas forcément, dans l’absurde, mais il faut vivre, avec, ou sans se poser des questions. Se poser des questions n’est pas le lot de tout homme, s’il n’obtient pas de réponses. La plupart laissent tomber et vivent bien douillettement dans leur univers, avec la loi commune pour alibi, par singerie, bien bourgeoisement.. On rentre chez soi et l’on n’aspire à rien de plus que de retrouver ses enfants, sa bobonne, ce qui donne un sens à l’existence. L’argent et le salaire font loi. C’est si sécurisant, notamment une bonne position sociale acquise à force de volonté, de ruse et d’intelligence, quand ce n’est pas par tradition familiale. Pourvu que le monde roule, en apportant sa pierre à l’ensemble, que l’on ait l’esprit clair, la conscience nette, que demander de plus? Que s’écoule le temps, que les enfants grandissent, afin que l’on puisse souffler un peu, à l’âge de la retraite. La sérénité, quoi de mieux pour trouver enfin sa voix et profiter intensément de la vie ? Malraux tirait sa force du désespoir d’un monde foncièrement absurde, face à la condition humaine, pour y échapper, ce qui justifie son défi contre le temps, contre les autres hommes, le non-sens aléatoire ou vindicatif de la vie, durant sa période indochinoise, bien sûr. Comment oublier le personnage du narrateur de la »Voie Royale », et de Perken? C’est bien littéraire, tout cela. On ne peu certes pas s’y installer communément dans l’existence, conjointement , ou par procuration. Mais il a suffi de celui-là, pour le dire. Du moins, je le crois, sauf erreur, avec beaucoup de regret…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s